Ikariam.fr - Les Cités Marchandes - Monde Alpha


 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La ville Marchande

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hido
Diplomate
Diplomate
avatar

Masculin
Nombre de messages : 355
Age : 31
Alliance (TAG) : LCM
Date d'inscription : 06/10/2008

MessageSujet: La ville Marchande   07.10.08 1:08

CHAPITRE 1

Midolirias


Un léger rayon de soleil passa au travers des rideaux entre ouvert, fit lever la tête à Shurak.
Encore une nuit sans sommeil pour le vieux gouverneur de Midolirias.
Le vieil homme se leva de son bureau remplis de piles de document à lire, à renvoyer, à signer, et se dirigea vers la
fenêtre et l'ouvrit en grand.
Il respira à plein poumon l'air iodé de la mer et ce mit à contempler le large ocean qui s'étalait devant lui.
Du haut de la petite colline où était construit la villa, il pouvait voir le port commercial, son bijoux.
Shurak regardait maintenant les villageois charger les cargaisons, le vent lui portait aux oreilles le chant des
matelots s'affairant sur les navires ce qui lui fit esquisser un sourire.
Il ce remémora le temps où lui même était matelot, ha qu'il était bon le temps ou juste penser à naviguer avec
l'équipage était sont seul soucis. Maintenant il avait une ville à gérer, des hommes et des femmes qui dépendaient
de sont autorité. Depuis que sa femme était morte dans une tempête, le vieil homme avait de plus en plus de mal à
assumer sont rôle de gouverneur. Sa femme adorait voyager, elle était capitaine du plus beau et du plus rapide des
bateau de marchand jamais construit cela allait avec sa beauté éblouissante et son talant de navigatrice.
Malheureusement ces talents n'avaient pas suffi à la sauver, pris dans une tempête pour échapper à un bateau pirate,
le bateau n'était jamais rentré au port. Un vide s'empara soudain de lui, penser à sa femme était la dernière chose
dont-il avait besoin. Il se maudit intérieurement et retourna à son bureau. La pièce était magnifiquement décorée.
On y trouvais des draperies, des sculptures, des tableaux, des tapis, tout cela appartenant à différente culture, mais
le plus beau de tout ces souvenirs de voyage était le bureau auquel il était assis. En bois d'eben, toute les
décoration étaient recouverte d'une fine couche d'or, un travail minutieux qui avait pris 4 mois à son ami Maklor.
Soupirant, il pris le premier document et ce mis a le lire:

    "Rapport sur la réparation du quai nord du port"
    Monsieur mon rapport étant terminer, je vous signale donc les travaux à entreprendre sur le quai nord du port.
    Tout d'abord le bois commence pourrir ce qui es dangerereu pour les...

Encore un interminable rapport, Shurak n'en pouvait plus il fallait qu'il dorme et ce document l'y aidait grandement.
Il s'assoupi et commençait à peine de dormir, quand quelqu'un ce mit à taper à la porte. Shurak se réveilla en
sursaut et décolla le document collé sur sa joue.


-Entrer, dit-il d'une voix lasse.
La porte s'ouvrit sur un beau jeune homme à la tignasse blonde, la même que lui avais aussi au même age que son fils.
-Ah Hido, entre mon garçon, entre, j'ai grand besoin de ton aide.
-Bonjour père, je savais bien que je vous trouverais encore ici à cette heure si. Je vous es apporté de quoi manger
un peu.
Hido posa le plateau avec la tasse de thé et les quelques gâteaux dont son père était si friand, sur un coin du
bureau qui n'était pas remplis de document et s'assis aux coter de sont père.
-Encore de la paperasse...
-Et oui Hido, il faut t'y habituer car un jour c'est toi qui reprendra les reines de la ville.
-Je sais, je sais, mais c'est toujours la même chose, des plaintes, des demandes... ne peuvent-ils rien faire seuls?
-Hum bonne question, mais tu connais déjà la réponse, répondit Shurak en souriant.
-Oui, soupira Hido, Il faut quelqu'un pour géré les conflits, l'argent, quelqu'un de neutre et juste pour le peuple.
-Bien, je vois que c'est enfin rentré dans ta petite tête, lui répondit sont père tout en prenant la tasse de thé.

Il était fier de son fils, ce jeune homme n'était pas très fort physiquement, mais sa ruse et son intelligence très
développé, équilibrait bien la chose. Hido était blond et avait les yeux bleu. Il avait un visage fin mais qui restait
étrangement masculin, ce qui le rendait très beau, comme sa mère pensa soudainement Shurak. Il portait des vêtements
de marin et avait à sa ceinture la rapière de sa cher épouse. Fine, légère et précise, tout ce qu'il fallait au jeune
homme pour ce défendre. Il avait aussi un pistolet et un petit couteau caché dans sa botte, son fils adorait les
armes, et en ces temps dur, Shurak ne pouvait que l'encourager à pouvoir ce défendre.


-Bon, il reste une vingtaine de rapport à lire, je suis exténué Hido. Je te laisse le soin de rédiger les réponses,
je me fit à ton jugement, tu es libre de renvoyer ce que tu veux, mais n'oublie pas que tu es l'autorité. Reste
Impartial quoi qu'il arrive.
-Oui père, je ferais de mon mieux.
-Bien, bien, je vais donc me coucher bon courage mon fils.
-Dormer bien père.
Shurak ce leva et sortit de la pièce.


Et voila, encore une occasion de raté, ce dit-il. Il voulait parler de son projet à son père depuis maintenant quelques semaines. Depuis qu'il avait appris qu'un bateau de la garnison de Narjadesrim viendrais faire escale à Midolirias, Hido ne tenait plus en place. Pour lui la vie de gouverneur était ennuyeuse à mourir, et encore plus dans une petite ville comme la sienne. Il aspirait à devenir un soldat de la prestigieuse armé Narjadienne, au départ bien entendu, par la suite sont rêve était de commander une garnison, et pourquoi pas être général? De l'ambition, Hido en avait à revendre, il ne voulait pas croupir ici le reste de sa vie à crouler sous la paperasse ennuyante, il voulait plus, sa soeur pourrait très bien géré la petite ville. Elle qui souhaitait depuis toujours diriger les choses, et bien Hido lui léguerait le domaine. Bien décidé à parler à sont père à la première occasion, il pris la pile de document qu'il lui avait désigné, et commença à les lires. Bien évidement il trouva sa vite ennuyeux, et jeta les documents sur le bureau. Hido adorait venir dans cette pièce, tout ces objets créait une harmonie dans la-quel il ce sentait bien. Il ce dirigea vers l'épée posée sur un meuble, il la contempla un moment puis il tendit la main vers celle-ci. Il empoignât la lourde épée, recula un peu pour ne pas être gêné dans ces mouvements, puis entrepris de faire quelques moulinets. L'épée était plus légère que la dernière fois qu'il lavait eu entre les mains, il faut dire que cela remontait maintenant à quelques années. Elle était d'une finition magnifique, elle n'atteignait pas la perfection de l'épée de sa mère non, mais on sentait en la prenant que l'homme qui l'avait forgé aimait son métier et qu'il y avait mis du coeur. Il reposa l'épée et repris les documents. Il devait finir de répondre a ces fichu papiers, cela jouerai peut être en sa faveur quand il demanderait sa requête à sont père.

Au bout de deux heures interminables, il fini enfin la dernière lettre, la plia et la cacheta à la cire.
-Enfin fini, dit-il a lui même. Cette vie n'était vraiment pas faite pour lui.
Il ce leva et ce dirigea vers la porte, sortit du bureau et pris la direction des cuisines. La villa ce révellait doucement. Les domestiques s'affairaient déjà à leurs taches quotidiennes. Il descendit les escaliers qui menait aux cuisines, et sentait l'odeur des plats qui mijotaient lui monter aux narines, ce qui eu l'effet de lui décupler l'appétit. Il évita un domestique qui montait et continua de descendre. Arrivé en bas il longea les établis de cuisine, salua deux ou trois cuisiniers et alla rejoindre la petite table du fond ou sont plat l'attendait déjà. Il s'assis et commença à manger. Une énorme claque sur la tête lui fit monter les larmes aux yeux.

-En voila des manières, pas de bonjour ni de merci, et tu ne tes même pas lavé les mains garnement!
Hido ce retourna et vit que Aty lui souriait.
-Sa fait mal, lui dit-il pour toute réponse.
-C'est le but recherché jeune homme!
-Je men serait douté, ironisa-il.
Hido lui souri, ce leva et enlaça la vielle femme. Depuis la mort de sa mère, elle avait un peu repris ce rôle, certainement du faite quelles était proche.
-Et bien et bien, voila qui es mieux, aller lave toi les mains et viens manger ton plat va être froid.
Ce dégageant de l'étreinte, il ce dirigea vers le sceau d'eau et entrepris de si laver les mains.

Il pris le torchon posé à côté, et retourna s'assoir à la table. Ces oeufs étaient encore chaud, et il les dévora sans plus attendre.
-Quel appétit, lui dit Aty. As tu parlé à ton père?
-Non... Pas encore. Il était fatigué ce matin j'ai préféré attendre.
-Demain il sera énervé, puis après demain en colère, puis que sais-je encore...
-Je sais, répondit Hido un peu agacé. Je pense déjà connaître sont point de vue sur la chose.
-Peut être, mais si tu veux partir en bon termes, il te faudra lui parler.
-Je le ferais ce soir, promit-il.
Aty lui fit un petit sourire et retourna à ces fourneaux. Hido la regarda un moment faire la cuisine.

Elle était de petite carrure et un peux rondelette, mais c'est bien elle qui était le chef ici. Il l'observa donner des ordres à quelques domestiques qui traînais dans sa cuisine et expliquer aux cuisiniers la préparation du plat de ce midi. Hido adorait cette femme. Après la disparition de sa mère - car pour lui elle n'était pas morte - rien n'avait été retrouvé du bateau, aucun membre de l'équipage non plus. L'enquête que sont père avait lancée, n'avait presque rien donnée. La dernière fois que l'on avait vu le bateau, il partait du port de Niodi. Une grosse tempête ce préparait au loin, mais l'équipage ne pouvait attendre car ils pensaient être suivi par des pirates, et ils voulaient profiter de la tempête pour les semer. Le bateau ne réapparue jamais.

Hido se souvenait encore du bateau, le Surgevent. Il était magnifique. Grand, rapide et extrêmement facile à manoeuvrer. Hido était monté, dessus quelques fois pour naviguer avec sa mère, et il avait toujours adoré ces moments privilégiés ou il était avec elle. Après la nouvelle de la disparition du Surgevent, Hido n'y croyait pas, pas sa mère, pas le Surgevent, c'était impossible. Son père avait voulu faire des obsèques, mais Hido si était toujours opposé. Temps qu'il n'avait pas la preuve quelle était morte, elle était vivante! Sa soeur - Galianne - était tombé dans un mutisme qui avait duré un an, le temps pour elle de faire sont deuil certainement. Tout cela c'était passé il y à 10 ans maintenant.
Il regarda Aty couper des carottes et les mettre dans la marmite, huma l'odeur, et ce dit qu'il allait encore bien manger ce midi.


Il se leva en s'étirant, fit un signe de la main à Aty pour l'avertir qu'il partait, et sortit de la cuisine par la porte qui donnai sur la cour. Hido avait donné rendez-vous la veille à sont ami d'enfance dans la salle d'arme. Il se dirigea vers le fond de la cour et monta le petit escalier qui permettait d'accéder aux jardins.
Le soleil tapais déjà fort, encore une journée chaude très certainement, ce dit Hido. Ils étaient en plein été et il avait rarement fait aussi chaud. Les champs manquaient d'eau, et sont père avait peur pour les ressources de nourriture de cette hiver, il y avait aussi un risque qu'une épidémie se déclare. Sont père lui avait raconté qu'une canicule c'était installée il y a environ quarante ans et qu'un début de peste c'était déclarée dans la ville. L'hygiène c'était considérablement amélioré depuis cette époque, mais il fallait rester vigilant au cas ou.
Hido pressa le pas car il devait être en retard. Il traversa les jardins et arriva devant la petite bâtisse qui tenait lieu de salle d'arme. Il entra à l'intérieur, et vit que son ami était déjà là, s'entraînant en l'attendant.
Tom avait un physique d'ours, grand et musclé. Il était le fils d'un important marchand de chevaux qui à avait fait fortune dans la région. Tout comme Hido, Tom aspirait à devenir soldat.

-Salut Tom, dit Hido.
-Bonjour, répondit Tom en se retournant. De la sueur perlait sur sont front et coulait dans ces yeux.
-Cela fait longtemps que tu t'entraîne? Lui demanda Hido.
-Un petit moment maintenant, répondit-il en souriant.
Hido enleva sont pistolet et pris une rapière d'entraînement posée au mur. Il fit quelques moulinets pour s'échauffer, sautilla fit deux ou trois passes, et enfila les protections d'usages pour éviter de ce blesser.
-Je suis près, dit-il à Tom.
-Très bien - lui répondit sont ami tout en s'essuiyant le visage - En garde !

Tom avait une épée bien plus lourde la sienne, mais il avait l'habitude. Hido ne se servait pas de sa force, mais de sa vitesse et de sa souplesse. Tom avançait vers lui doucement, et passa soudain à l'attaque. Hido esquiva l'assaut et contre attaqua. Tom para le coup et les deux homme ce fir face à face, épée contre épée. A ce jeu la, Hido était perdant il le savait, sa rapière risquait de casser. Tom Força la pression, et Hido en profita pour faire glisser sont arme vers le haut tout en faisant un pas de côté. Déséquilibré, Tom faillit tomber en avant, mais ce rattrapa de justesse.

Hido repassa à l'attaque, Tom ce retourna et para temps bien que mal l'assaut mais pu rétablir son équilibre. Le combat s'enchaîna, parades sur parades, esquives sur esquives, les deux hommes semblaient ne pouvoir se départager. Après une dizaines de minutes éprouvantes, Hido feinta un coup sur le flanc droit de Tom qui se prépara à paré. Avec une extraordinaire rapidité, Hido fit tourné sont épée dans ses doigts et attaqua finalement les jambes de Tom. Surpris, celui si tenta d'esquiver mais il fut trop lent et la rapière de Hido toucha sa jambe. Tom tomba et Hido mis la pointe son arme sous la gorge de son ami, il avait gagné ce petit combat amical.

Hido tendit la main à Tom en lui faisant un petit sourire.
-Et bien, dit Tom en prenant la main qu'on lui tendait, tu t'es encore amélioré depuis la dernière fois.
-Tu n'était pas mal non plus, lui répondit Hido.
-Très surprenant ce dernier coup.
-Merci, dit Hido en s'épongeant le front, cela fait un moment que je le travail.
-Et bien il est très réussi. Bon de quoi voulait tu me parler, je suppose que tu ne ma pas fait venir ici que dans le but de t'entraîner avec moi !
-Effectivement. Je vais parler à mon père ce soir, mais qu'il le veuille ou non mon choix est déjà fait. J'irais m'engager, viendras-tu avec moi alors? Lui demanda Hido.
-Je pense oui, mon père n'est pas très enjoué, mais il ne pourra pas me retenir ici de toute les façons il le sait bien.
-Excellent, le bateau devrait arriver demain, il fera escale quelques jours ici cela nous laissera le temps d'intégrer la garnison. Enfin je l'espère.
-Cela devrait être largement suffisant. Je me demande si les épreuves d'admission sont difficile.
-Certainement oui, ils ne prennent pas n'importe qui. Aller assez parler, reprenons l'entraînement, lui dit Hido, ensuite nous irons manger Aty avait l'air de préparer un bon repas.
-Volontiers, mais cette fois attend toi à perdre, répondit Tom en plaisantant.

Après une série de combat plus acharné les uns que les autres, ils sortirent de la salle d'arme et prirent la direction de la villa. Il ne devait pas être loin de midi maintenant et le repas n'allait certainement plus tarder à être servis.


Dernière édition par Hido le 25.10.08 23:32, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cisco
Tavernier
Tavernier
avatar

Masculin
Nombre de messages : 942
Age : 37
Alliance (TAG) : LCM
Date d'inscription : 28/06/2008

MessageSujet: Re: La ville Marchande   07.10.08 12:47

Gènial ton récit Hido Very Happy
Si t'as des suites en préparation c'est top !

EDIT :

Faut pas casser le fil comme sa !!
Rhan... en plus,
Il y'a un topic réservé aux commentaires...
Rolling Eyes
G.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hido
Diplomate
Diplomate
avatar

Masculin
Nombre de messages : 355
Age : 31
Alliance (TAG) : LCM
Date d'inscription : 06/10/2008

MessageSujet: Re: La ville Marchande   24.10.08 23:41

J'ai rassemblé les textes pour n'en faire qu'un seul cela rend plus simple à lire.

Si tu passe par la Reveur, peut-eu effacer les messages devenu inutile stp Smile

Edit Rêveur : C'est fait ^^

Je continuerais à faire petit bout par petit bout et à assemblé par la suite, je trouve sa plus sympas sa évite d'attendre un gros pavé pour ceux que sa intéresse, si sa ne te dérange pas Wink

Merci
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hido
Diplomate
Diplomate
avatar

Masculin
Nombre de messages : 355
Age : 31
Alliance (TAG) : LCM
Date d'inscription : 06/10/2008

MessageSujet: Re: La ville Marchande   25.10.08 18:06

CHAPITRE 2

Repas de Famille


-Hors de question, dit calmement Shurak tout en coupant sa viande.
-Mais père, diriger une cité ne m'intéresse pas. Crouler sous la de la paperasse et diriger des gens incapable de ce prendre en main pour la simple réparation d'un pont, quel joie... Répondit Hido.
-C'est de ton peuple que tu parle. Moder tes paroles !

La discussion prenait une mauvaise tournure comme Hido le craignait. Son père ayant rejoins Hido, Tom et Galianne pour le déjeuné, Hido en avait profité pour lui parler de son projet. Comme prévu sont père n'était pas d'accord sur ses choix.

-L'armée de Narjadesrim est la meilleur père, je me suis entraîné toute ces années dans ce but. Commander une garnison est mon rêve. Dit Hido
-Et il le restera ! Répondit Shurak en montant le ton. Qui dirigera la cité après moi? Je t'ai éduqué pour gouverner, si j'avais su que l'apprentissage des armes te détournerai de cet objectif, je t'en aurais éloigné.
-Vous avez dirigé ma vie dans ce but, mais ce n'est pas ce que je ferais !
-Tu ne partira pas à la guerre ! J'ai déjà perdu ma femme, je ne perdrais pas mon fils ! Le sujet est clos.

Tom et Galianne se regardait mutuellement d'un air gêné. Galianne baissa la tête vers son assiette et entrepris de jouer avec les petits pois qu'il restait dedans.

-Non le sujet n'est pas clos père. Dit Hido en se levant. Vous n'avez plus autorité sur moi et je ferais comme bon me semble. Je vous en ai parlé car j'espérais que vous approuveriez mon choix et je souhaitait partir en bon terme avec vous. Galianne pourrait très bien diriger la cité aussi bien que moi si ce n'est mieux, elle a reçu la même éducation.
-C'est vrai père. Se risqua Galianne. Je sais que je peu le faire.
-Non ! R'assis toi Hido. Tu resteras ici et tu gouvernera la cité! S'empourpra Shurak.
-Ne m'avez vous pas écouté père? Une garnison de Narjadesrim accoste ici demain, j'ai l'intention de partir avec eux, et de m'engager dans l'armée.
-Si tu fait cela, ne remet plus jamais les pieds ici... Tu sera déshérité sache le bien !
-Qu'il en soit ainsi alors... Ma décision est prise, répondit Hido. Au revoir père.

Tom manqua de s'étouffer à la réaction de son ami. Il regarda Galianne qui il lui semblais au bord des larmes, puis regarda Shurak. Il était rouge de colère, mais ses yeux trahissait sont trouble. Le regard de Tom se dirigea sur son ami qui prenais la direction des appartements. Il se leva en s'excusant et alla rejoindre son ami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La ville Marchande   

Revenir en haut Aller en bas
 
La ville Marchande
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La ville Marchande
» [CXL] Saint Gapour: Ville en danger?
» Comment construire l'Hôtle de ville ?
» [Tuto] Créez une ville en mode Expert
» 9 cartes et 1 ville du mode planète

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ikariam.fr - Les Cités Marchandes - Monde Alpha :: Place de l'Agora [Public] :: Au Cœur d'Uskutia :: La Place des Conteurs-
Sauter vers: