Ikariam.fr - Les Cités Marchandes - Monde Alpha


 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Concours de RP

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sid
Commerçant
Commerçant
avatar

Masculin
Nombre de messages : 377
Age : 24
Date d'inscription : 27/02/2009

MessageSujet: Concours de RP   01.06.12 12:09

J'ouvre ce sujet car je trouve que ce forum manque cruellement de RP ! Le principe est simple : à intervalles réguliers, on propose un thème précis et ceux qui le souhaitent viennent proposer leur rp correspondant au thème. Puis un vote a lieu pour désigner le meilleur rp Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sid
Commerçant
Commerçant
avatar

Masculin
Nombre de messages : 377
Age : 24
Date d'inscription : 27/02/2009

MessageSujet: Re: Concours de RP   01.06.12 12:29

Premier thème : décrire les prémices d'un combat entre deux armées. Références à Ikariam et à l'alliance possibles.

" La plaine était vaste et sans relief. Le regard se perdait à l'horizon, sans jamais rencontrer d'obstacle. Ici et là, quelques arbres audacieux avait élu domicile et ancraient leurs profondes racines dans le sol humide. Quelques oiseaux parcouraient les airs, l'attention fixée sur le sol, à la recherche d'un banal rongeur assez fou pour avoir creusé son terrier par ici. Le silence était total, pesant, entrecoupé du bruit du vent dans le feuillage des arbres.
Le bruit que fit l'Armée en avançant sur la plaine fit donc l'effet d'un ouragan. Des milliers d'hommes marchaient d'un pas lourd, en désordre, supportant quelques dizaines de kilos de matériel. La colonne s'était élargie en arrivant sur l'étendue d'herbe rase et représentait désormais plusieurs centaines de mètres. S'ajoutant au tapage, le meuglement de centaines de bœufs rendait la scène terrible. Quand on avait connu la tranquillité des lieux, on avait du mal à s'imaginer l'horreur qui lui prendrait la place l'instant d'après.
En effet, l'Armée ne s'était déplacée ni pour le loisir de visiter les lieux, ni pour songer à un quelconque demi-tour, mais bel et bien pour déferler sur Uskutia et en prendre son contrôle.
Dans cet univers sans forme, une seule masse faisait face à l'imposant regroupement : l'armée consœur. Dépêchée à la hâte de la cité, elle avait pris pied de l'autre côté de la plaine une poignée d'heures avant l'arrivée de l'Armée, et avait décidé de se préparer à recevoir le conflit, plutôt que d'aller le chercher. Tout au long du temps dont ils avaient disposé, les hommes avaient couru pour se défendre au mieux. Les archers avaient pris leurs distances, les forgerons avaient affûté les lames, les menuisiers avaient consolidé les larges boucliers en bois des premières lignes ; jusqu'aux cuisiniers, qui préparèrent leurs meilleures portions, suivant les ordres du général Spoy, pour "motiver les troupes".
Et soudain l'Armée était apparue, trois fois plus importante que l'armée uskutianne. La simple vision de cette masse qui paraissait infinie faisait froid dans le dos, et les soldats confrères eurent un imperceptible mouvement de recul, avant de se ressaisir et de faire face.
Le statu quo dura quelques minutes, pendant lesquelles, de chaque côté de la plaine, les soldats des deux bords s'observaient de loin. Puis, sans crier gare, l'enfer arriva.


Trompé par le calme qui régnait à nouveau sur son univers, un jeune corbeau prit son envol d'un chêne planté là. Comme pour marquer son appartenance au lieu, il poussa un long croassement rauque. Il fut très surpris lorsque la réponse qui lui parvint ne fut pas celle d'un autre croassement, mais celle de la mise en marche de milliers d'hommes, qui poussèrent un long cri suraigu marqué par l'excitation.
L'Armée venait de s'élancer. D'abord en marchant, se retenant d'accélérer le pas. Mais lorsqu'un puis deux puis plusieurs soldats se mirent à courir en direction des confrères, les officiers ne purent les retenir, et ce fut bientôt toute l'armée qui s'élança à toute allure vers les premiers rangs confrères. Le général Spoy ordonna :
- Les trois premiers rangs : gardez la position, ne reculez sous aucun prétexte !
En réponse, les boucliers de bois se fichèrent de quelques centimètres dans le sol, créant un haut muret de bois percé de longues piques meurtrières.
À la sollicitation de Spoy, les archers encochèrent une flèche et bandèrent leurs arcs. Lorsque le général baissa son bras, ils décochèrent. Une nuée de traits survola alors un moment la plaine encore pure avant d'amorcer leur descente vers les premiers rangs ennemis et de trouver leur cible. Des dizaines de soldats de l'Armée tombèrent au sol, morts. Les cris de douleur et de détresse remplacèrent bientôt ceux d'énervement et d'excitation. Intraitables, les officiers poussèrent leurs subordonnés à continuer à avancer, n'hésitant pas à sacrifier l'un d'eux pour montrer l'exemple. Devant tant de détermination, le général en second parut flancher :
- Ils se rapprochent à une vitesse trop importante, nous n'aurons pas le temps de réduire leur nombre avant qu'ils ne nous atteignent ! Nous devons agir !
Spoy, à qui la remarque du jeune homme était adressée, et sous le coup de l'émotion, lui répondit d'un ton qu'il aurait voulu plus posé :
- Je sais exactement ce que je fais !
Pourtant pas dupe, le jeune homme sauta de sa monture et traversa promptement les dernières lignes consœurs. En le voyant, beaucoup d'hommes le saluèrent et lui firent place. Il atteignit rapidement les premières lignes et tout en marchant, il ne remarqua pas la nuée de flèches qui faisait réponse à celles tirées par les archers confrères. Un jeune soldat hurla alors :
- Flèches ! Flèches !
Son cri fut reprit par d'autres mais le second n'eut pas le temps de se protéger et lorsqu'il voulut éviter le trait qui le menaçait, il était déjà trop tard. Il ne dut la vie sauve qu'à un vétéran, qui venait de le plaquer au sol et reçut le projectile au creux des omoplates. Lorsqu'il voulut l'aider à se relever, il aperçut enfin que l'homme était mort sur le coup, et son sacrifice lui porta les larmes aux yeux. La mort de ce vieil homme, admirable et héroïque ne devait pas rester vaine. C'est sur ces pensées que le jeune officier se leva, ferma les yeux du soldat et hurla alentour :
- Avec moi !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
berte
Aventurier
Aventurier
avatar

Masculin
Nombre de messages : 481
Age : 22
Date d'inscription : 26/01/2012

MessageSujet: Re: Concours de RP   01.06.12 19:10

"-Sire, nous avons enfin repéré nos ennemis, prenons nos bières et buvons-les devant eux, ils serons pas contents et nous aurons une victoire.

-Je préfère faire venir ma flotte.Amiral Coulesouvent*, vient ici!!!J'ai besoin de ta flottille en plastique tout de suite.

-Sire, je l'ai perdu dans mon placard, je suis désolé, j'ai perdu aussi le placard"

Le roi fit mettre ses troupes dans la plaine toute silencieuse qui deviendrait bruyante et ensanglanté.Le soleil se réveillait pour regarder ce grand combat qui allait se produire.Il suffisait d'un mot, et cette plaine serait maudite pour tout le sang qui sera versés sur elle.Un mot, et déferlerait cavaliers, fantassins et les redoutables avions et mongols fière(c'est comme ça qu'on dit?).Un mot et tout ces hommes qui se contemplent se battrait.Ce même mot qui ferai des pleurs, des souffrances, des morts et des grincements de dents.Encore ce mot et une ville serait détruite.Ce même mot encore citer, qui ferait terriblement baissés la moyenne de vie, serait jusqu'à la fin des temps maudit.D'un bout du champs à l'autre, les généraux sont inquiets, réfléchissent et prie leurs dieux respectifs.
Dans une des villes, un vieillard songe aussi sur les murailles, c'est le roi, il souffre intérieurement, il n'aime pas voir ses troupes se battrent.Mais il n'a pas le choix.
Puis vint le Mot...

*Authentique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
berte
Aventurier
Aventurier
avatar

Masculin
Nombre de messages : 481
Age : 22
Date d'inscription : 26/01/2012

MessageSujet: Re: Concours de RP   02.06.12 11:01

j'ai jamais fait de RP, un!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dark-vador1
Cartographe
Cartographe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 122
Age : 64
Alliance (TAG) : couveuse69A
Date d'inscription : 17/04/2009

MessageSujet: Re: Concours de RP   03.06.12 23:37

LA BATAILLE DE LA CITE BLANCHE
ça faisait longtemps que la paix régnait sur la grande cité blanche .tout le monde vaquait à ses occupations sans songer que la mort venait planer au dessus d'eux .
Dans une petite ville ,non loin de là,une immense armée descendait des bateaux de guerre qui les avaient en mener jusque là.Puis ils se formaient en bataillon qui une fois complet se mettez en route vers la cité blanche .
La foret traversée dans la nuit sans bruit par des milliers de soldats ,alors ils arrivèrent devant une colline il faisait encore nuit .Sans rien dire les troupes s'amassèrent au pied de la colline attendant le jour .
Ils savaient tous que la journée qui arrivée était une de ses journée ou la mort allez bien s'amuser avec eux ,et ceux qui survivraient à tout ça seraient content le soir de voir qu'ils seraient encore vivant .
Ils pourraient dire à leur tour "tu sais petit à la bataille de la cité blanche j'y était "mais voila le chef venait d'arriver et le soleil montez au firmament l'enfer allez pouvoir commencer ..............

moi aussi je m'essaie au RP alors ?mouaaaaaaaah
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Concours de RP   

Revenir en haut Aller en bas
 
Concours de RP
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ikariam.fr - Les Cités Marchandes - Monde Alpha :: Place de l'Agora [Public] :: Au Cœur d'Uskutia-
Sauter vers: